Archives pour la catégorie Uncategorized

Les camions intelligents : l’innovation qui garantit 0% d’accidents pour les poids lourds !

les camions connectés

Les poids lourds sont toujours un acteur majeur des échanges de marchandises avec 10,8 millions de transit en France en 2010.

Les camions sont continuellement présents sur les routes et indispensables au transport des marchandises. Or, si le nombre d’accidents poids lourds est en baisse, il reste encore important d’après les statistiques des accidents de la sécurité routière et chaque catastrophe cause d’énormes dégâts humains et matériels. Voilà pourquoi, le constructeur suédois Scania a décidé de proposer des modèles intelligents à disposition des chauffeurs poids lourds d’Europe au titre de la prévention des risques routiers.

 

Le chauffeur poids lourds toujours en quête d’efficacité et de sécurité

accident poids lourd

Les accidents de poids lourds sont responsables de 10 % des 35 000 décès en Europe chaque année

En France, les camions occupent 80 % du marché des transports de marchandises : c’est le moyen le plus utilisé dans toute l’Europe. Ils font pourtant débat, considérés comme un danger pour les autres usagers de la route, mais aussi pour la pollution qu’ils engendrent. En effet, un chauffeur de poids lourd est continuellement exposé à des risques, notamment ceux liés à la durée de son trajet, souvent long et fatigant, qui entraîne parfois un manque d’attention.

Les accidents de poids lourds sont ainsi responsables de 10 % des 35 000 décès en Europe. D’ailleurs il est toujours utile de savoir comment se comporter face aux accidents. Au même titre qu’un conducteur lambda, le chauffeur routier n’est également jamais à l’abri d’une sanction pour excès de vitesse. S’il souhaite éviter le retrait de permis et le stage de sensibilisation à la sécurité routière, il doit s’en tenir aux limitations en vigueur. Alors, comment faire pour rendre les camions moins dangereux et plus propres ? La société Scania s’est penchée sur la question.

Les camions connectés : le Saint Graal de la sécurité routière.

chauffeur poids lourds

Les convois de poids lourds seraient plus sécurisés grâce à l’« autonomous platooning»

La société Scania a lancé le concept du camion intelligent, des véhicules offrant une assistance à la conduite, allant jusqu’à l’automatisation ! Une véritable percée technique pour optimiser la sécurité routière.

Concrètement, des capteurs et des caméras scrutent le chemin et s’éveillent lorsqu’un danger approche. À cet équipement s’ajoute un radar, allié essentiel pour ne pas dépasser la vitesse autorisée et éviter les stages agrées de recuperation de points. Un GPS et une borne WiFi permettent aussi d’anticiper la topographie de la route. Enfin, comme les camions roulent généralement en file indienne, chacun peut calculer sa trajectoire et son allure sur celui qui le précède. Ainsi, dans les embouteillages, le chauffeur de poids lourd peut lâcher le volant et utiliser sa tablette numérique. Sur l’autoroute, le véhicule de tête dicte automatiquement le comportement du convoi qui le suit, qu’il freine, accélère ou s’arrête, tout en maintenant la distance de sécurité appropriée. Le système fonctionne même lorsqu’une voiture s’insère entre deux camions. Cette solution s’appelle « autonomous platooning » et permettrait d’économiser jusqu’à 10 % de carburant (contre 7 % avec le régulateur de vitesse).

Pour l’heure, ce type de camion ne peut pas encore circuler sur les routes européennes, car la conduite automatique est, tout bonnement, interdite par la législation. La convention CMR – relative au Contrat de transport international de Marchandise par Route – de Genève, impose aux conducteurs d’être maîtres de leur véhicule. Par ailleurs, les sociétés de transports ont besoin de l’aval des assureurs, amenés à réviser leurs contrats. Pourtant, ces camions connectés apporteraient plus de sécurité sur les routes, notamment pour les autres usagers.

Combien coûtent les radars automatiques et combien rapportent-il à l’état ?

recette et couts des radars automatiques

Le rapport coûts / recettes des radars automatiques

Si chaque amende émise par un radar génère un excédent – fortement apprécié – par le Trésor Public, le coût des dispositifs reste non négligeable. Point chiffré sur la situation et perspectives :

Entre l’amende radar et les majorations, quelle recette pour l’État ?

En 2013, les radars automatiques ont rapporté 689 millions d’euros à l’État ; une somme à laquelle s’ajoutent les majorations prévues pour retard de paiement, s’élevant à 111 millions d’euros. Soit, un total de 800 millions d’euros pour l’ensemble de l’année, une augmentation équivalente à 6,4 % par rapport à 2012.

Révélée par le projet de loi de finances pour 2014, cette recette devrait accueillir 70 M€ supplémentaires l’année prochaine, grâce à l’installation de nouveaux radars et à la prise en compte des infractions imputables aux conducteurs étrangers. En effet, à ce sujet, les accords se multiplient avec les partenaires de l’Union Européenne – Allemagne, Belgique, Espagne, et récemment les Pays-Bas – afin de mettre fin au passe-droit qui sévissait jusqu’ici. De nouvelles ressources et collaborations, qui devraient faire exploser les demandes de stages pour récupérer des points de permis.

Entre l’achat, la maintenance et le remplacement des radars, quelle dépense pour l’État ?

radar automatique vandalisé

8 000 € de réparations par acte de vandalisme sur les radars

Même si la balance reste excédentaire, le parc des radars automatiques occasionne également des coûts :

  • Le traitement des amendes atteint la somme de 94 M€ pour l’année 2013.
  • Les réparations des appareils, suite à des actes de vandalisme, génèrent une dépense de 24,3 M€ chaque année, 8 000 € étant nécessaires, en moyenne, par radar.
  • La maintenance du parc existant a nécessité 45,5 M€ en 2013.
  • Sans compter 7 M€ de dépenses annexes, à l’image de celle concernant la suppression des panneaux indiquant la présence d’un radar, au profit de radars pédagogiques (3,23 M€).
  • Et enfin, 49,2 M€ ont été consacrés à l’installation et à la mise en place de nouveaux radars.

Soit un coût total de 220 M€ pour l’année 2013 : un chiffre qui ne devrait pas varier en 2014.

10 ans de radars automatiques : le bilan

En moyenne, chaque dispositif de contrôle rapporte 138 000 € par an à l’État. Un excédent imputable, à ce jour, aux 4 200 radars de différents types opérationnels, soit environ :

  • Radars mobiles (dans un véhicule arrêté sur le côté de la route) : 889
  •  Radars discriminants (différencie la catégorie de véhicule et la limitation associée) : 168
  • Radars vitesse moyenne (vitesse calculée sur une portion de route) : 54
  • Radars passage à niveau : 45
  • Radars chantier (vitesse sur les zones de travaux) : 4 (en phase de test)
  • Radars mobiles nouvelle génération (sans flash et roulant) : 50

Autant d’éléments, disséminés sur les routes de France, pour limiter la vitesse des voitures ainsi que le nombre de morts (baisse de 7,8 % en 2012). Et comme 94,5 % des dispositifs seront opérationnels en 2014, prenez garde aux amendes des radars et pensez au stages de sensibilisation à la sécurité routière, pour maintenir votre solde positif et continuer ainsi à profiter des joies du volant !

La musique en voiture influence notre conduite ? Une étude canadienne récente.

La musique en voiture aurait une grande influence sur nos comportements lors de la conduite. C’est ce que met en avant une étude faite au Canada par la firme Critical Vision. Un CD de New Wave nous rendrait zen au volant alors que jouer des morceaux de métal garantirait un excès de vitesse ? Pas si sûr que cela modifie nos règles de conduite en voiture, bien que certains chiffres soient intéressants. Une différence entre chaque style de musique : D’après les nombres qui ont résulté de l’étude faite auprès de 1007 adultes habitant au canada, une différence d’infraction est notable. Les amateurs de Folk et autres musiques calmes seraient les plus prudents au volant.  Peu de sanctions pour vitesses et excessives (49%  des fans de ce style n’ont jamais eu de soucis sur la route) sont constatées chez ces personnes. Les amateurs de musique rap et hip-hop ont plus de propensions aux accidents. 60 % des interviewés ont déjà provoqué des accrochages sur la route alors que la moyenne nationale canadienne est de 53 %. Les amateurs d’électro et de house circuleraient plus que les autres sans permis (environ 16%). Un ensemble de données qui varie et met en avant des comportements différents suivant les goûts et les couleurs.  Une étude à prendre avec recul :   http://www.reddrivingschool.com/wp-content/uploads/2011/07/Car-Speakers1.jpg  Il faut bien entendu rester vigilant par rapport à ce type d’étude.  Les questions ont été posées dans un pays étranger, les codes culturels sont donc complètement différents et il est difficile de transposer les chiffres en France. Avant de dire qu’écouter de la musique française rend plus calme que du rock alternatif, il existe encore du chemin. De plus, le panel de personnes est représentatif d’une partie de la population, mais rien n’affirme qu’un autre panel donnerait les mêmes résultats, difficile de tirer des conclusions. Néanmoins, il est utile de rappeler que la musique en voiture peut parfois détourner l’attention, tout comme la radio. Être emporté dans une émission passionnante demandera une certaine concentration, cette attention n’étant pas consacrée à la conduite. Même s’il est parfaitement possible de naviguer tout en écoutant un programme, la multiplication des écrans dans la voiture, les différentes fonctions complexes pour faire fonctionner le véhicule, les appareils multimédias, les conversations des passagers… constituent un enchevêtrement de sollicitations aux conducteurs. Dès lors, la chance de faute ou d’accident augmente fortement. Pensez à limiter tous ces appels dans votre habitacle et qui vous détournent de la route. Écouter de la musique en voiture pose également un autre souci, notamment quand le volume est poussé au maximum. La personne n’entend plus les signes extérieurs ce qui est dangereux. Un klaxon d’avertissement pourra être ignoré tout comme la sirène de  police ou des pompiers. Cela peut occasionner des accidents en ignorant les signes venant de ces véhicules extérieurs qui foncent généralement à pleine vitesse. Et même si cela n’influence pas la conduite, il est toujours bon de rappeler qu’il existe une réelle perte auditive au-delà d’un certain volume.  Protégez votre audition, protégez vos passagers et si écouter du rock vous donne envie de faire un solo d’air-guitar sur la route, n’hésitez pas à réserver cette performance pour votre maison et vos amis. Ce sera bien plus convivial et ça limitera les problèmes au volant.

La musique en voiture aurait une grande influence sur nos comportements lors de la conduite. C’est ce que met en avant une étude faite au Canada par la firme Critical Vision. Un CD de New Wave nous rendrait zen au volant alors que jouer des morceaux de métal garantirait un excès de vitesse ? Pas si sûr que cela modifie nos règles de conduite par rapport au code de la route, bien que certains chiffres soient intéressants.

Une différence entre chaque style de musique :

D’après les nombres qui ont résulté de l’étude faite auprès de 1007 adultes habitant au canada, une différence d’infraction est notable. Les amateurs de Folk et autres musiques calmes seraient les plus prudents au volant.  Peu de sanctions pour excès de vitesse (49%  des fans de ce style n’ont jamais eu de soucis sur la route) sont constatées chez ces personnes.

Les amateurs de musique rap et hip-hop ont plus de propensions aux accidents. 60 % des interviewés ont déjà provoqué des accrochages sur la route alors que la moyenne nationale canadienne est de 53 %. Les amateurs d’électro et de house circuleraient plus que les autres sans permis (environ 16%).

Un ensemble de données qui varie et met en avant des comportements différents suivant les goûts et les couleurs.

 

Une étude à prendre avec recul :

musique speaker voiture

Il faut bien entendu rester vigilant par rapport à ce type d’étude.

Les questions ont été posées dans un pays étranger, les codes culturels sont donc complètement différents et il est difficile de transposer les chiffres en France. Avant de dire qu’écouter de la musique française rend plus calme que du rock alternatif, il existe encore du chemin. Et de là voir son permis invalidé en blâmant la musique…

De plus, le panel de personnes est représentatif d’une partie de la population, mais rien n’affirme qu’un autre panel donnerait les mêmes résultats, difficile de tirer des conclusions.

Néanmoins, il est utile de rappeler que la musique en voiture peut parfois détourner l’attention, tout comme la radio. Vous vous exposerez ainsi à des infractions et si vous êtes à cours de point, c’est le stage de sensibilisation à la sécurité routière assurée! Être emporté dans une émission passionnante demandera une certaine concentration, cette attention n’étant pas consacrée à la conduite. Même s’il est parfaitement possible de naviguer tout en écoutant un programme, la multiplication des écrans dans la voiture, les différentes fonctions complexes pour faire fonctionner le véhicule, les appareils multimédias, les conversations des passagers… constituent un enchevêtrement de sollicitations aux conducteurs.

Dès lors, la chance de faute ou d’accident augmente fortement. Dans le cadre du permis probatoire, les sanctions sont encore plus punitives. Pensez à limiter tous ces appels dans votre habitacle et qui vous détournent de la route.

Écouter de la musique en voiture pose également un autre souci, notamment quand le volume est poussé au maximum. La personne n’entend plus les signes extérieurs ce qui est dangereux. Un klaxon d’avertissement pourra être ignoré tout comme la sirène de  police ou des pompiers. Cela peut occasionner des accidents en ignorant les signes venant de ces véhicules extérieurs qui foncent généralement à pleine vitesse.

Et même si cela n’influence pas la conduite, il est toujours bon de rappeler qu’il existe une réelle perte auditive au-delà d’un certain volume.

Protégez votre audition, protégez vos passagers et si écouter du rock vous donne envie de faire un solo d’air-guitar sur la route, n’hésitez pas à réserver cette performance pour votre maison et vos amis. Ce sera bien plus convivial et ça limitera les problèmes au volant. Et pensez au stage de récupération de points volontaire si vous vous faite verbaliser !

Breathometer : quand votre smartphone devient un alcootest

 

Breathometer1

A l’Automne 2013, un appareil d’un nouveau genre va débarquer aux Etats-Unis : le Breathometer. Cet alcootest du XXIème siècle va envoyer aux oubliettes ce bon vieux ballon et démocratiser un peu plus l’usage des outils de mesure de l’alcool au volant.

1-    Qu’est-ce que l’alcootest Breathometer ?

Le Breathometer a fait sa première apparition en début d’année 2013, sur la plateforme mondiale de financement participatif Indiegogo. Le projet de développement et fabrication de cet alcootest nécessitait alors 25 000$ de dons pour voir le jour. Les internautes ont très rapidement répondu présents et la somme espérée était, dès le mois de mars, quasi atteinte.

Les automobilistes américains seront les premiers à tester cet éthylotest d’un nouveau genre, disponible à la vente aux Etats-Unis à l’Automne prochain. La pré-commande est déjà possible, si vous souhaitez obtenir dès maintenant votre alcootest. Il vous en coûtera 100$ si vous vivez de l’autre côté de l’Atlantique. Sinon, un peu de patience ! Cet appareil d’un nouveau genre pour mesurer le taux d’alcoolémie sera disponible sur le marché français en Janvier 2014 pour environ 20$. De quoi sauver bientôt quelques permis de conduire du danger de la conduite en état d’ivresse!

fund-this-breathometer-turns-your-smartphone-into-a-breathalyzer

2-    Comment fonctionne cet éthylotest du futur ?

Pour utiliser votre futur Breathometer, il vous suffira de le brancher à la sortie audio servant à vos écouteurs. Une manipulation simple, y compris si l’utilisateur est sous l’empire d’un état alcoolique. De la taille d’un briquet, cet alcootest se glisse facilement dans la poche. Une application est également à télécharger par l’utilisateur (avant d’être un peu trop éméché…). Celle-ci jouera le rôle de traducteur du degré d’alcool présent dans l’air expiré.

breathometerLa conduite en état d’ivresse étant encore un comportement trop présent chez les automobilistes français, cet alcootest pourrait être une nouvelle arme « grand public » de sécurité routière. L’application liée à l’alcootest Breathometer garde en mémoire les précédentes expirations ainsi que les taux d’alcool enregistrés. Tous les smartphones ne sont pas compatibles avec l’éthylotest puisqu’il nécessite le téléchargement de l’application, uniquement disponible sous iOS et Androïd.

 

3-    Quel impact sur la prévention de l’alcool au volant ?

L’éthylotest Breathometer a pour objectif d’augmenter les auto-dépistages de l’alcoolémie. Facile à transporter et à mettre en place, ce système s’inscrit dans l’ère du temps et des nouvelles technologies. A l’heure où l’alcool au volant est souvent synonyme de permis annulé ou suspendu par les forces de l’ordre, mieux vaut prévenir que guérir.

Certes, cela n’évitera pas concrètement l’alcool au volant, puisque l’automobiliste restera libre de prendre la route. Cependant, il est possible d’envisager que certains automatismes puissent se développer chez les conducteurs, utilisateurs de cet éthylotest. Lorsque l’on sait que la conduite en état d’ivresse engendre un retrait de 6 points ; mieux vaut réserver son stage de récupération de points annuel pour d’autres infractions moins…mortelles.

00100065-0000-0000-0000-000000000000_00000065-06d9-0000-0000-000000000000_20130313214148_Breathometer

 

 

 

Polémique : 76% des morts sur la route sont des hommes

L’homme et la Sécurité routière, je t’aime moi non plus ?

Voici un chiffre de la Sécurité Routière qui n’y va pas avec le dos de la « portière » ! L’assureur MMA a publié son livre blanc avec le thème suivant : « le comportement des hommes au volant et les conséquences pour la sécurité routière ». Et les chiffres font froids dans le dos : trois automobilistes tués sur quatre sont de sexe masculin. La surmortalité routière masculine fait débat.

La première question qui nous vient à l’esprit et que vous vous posez aussi chez vous : « Pourquoi les hommes sont-ils plus dangereux sur la route ? »

Pour répondre à ces questions, MMA a recueilli les données d’un collège de 12 experts (sociologue, force de l’ordre, philosophe…). Vous allez voir que les causes sont parfois assez méconnues.

En ligne de mire, la nature masculine.

D’après Jean-Yves Salaün, représentant de l’association Prévention Routière : « la conduite reste un secteur plus ou moins réservé aux hommes ».

Selon les experts, les hommes et les femmes n’ont pas la même vision de la route. Du coup, le mythe de la « femme au volant = danger » est à envoyer aux oubliettes une bonne fois pour toutes. Selon Sarah Benzaqui et Phillippe Bouleau, deux des représentants de l’étude, les femmes sont davantage concentrées que les hommes en matière de sécurité routière. La gente féminine a une meilleure capacité à respecter les consigner et la signalisation routière. Pour les hommes, le constat est différent : la gente masculine aime bien édicter ses propres règles quitte à se faire prendre la main dans le sac. L’homme serait donc en quelque sorte, un automobiliste qui veut se prouver qu’il peut le faire, qu’il peut aller vite et ne pas se faire attraper. Il pense que perdre son permis de conduire est encore une chose assez rare.

stats

Hormones au volant, morts au tournant

Parmi les causes connues, on retrouve bien entendu l’alcool au volant et les excès de vitesse. Mais d’autres facteurs moins connues existent comme la testostérone !

En matière de sécurité routière et de prévention routière, les hommes sont les mauvais élèves. L’une des raisons est insolite : ils seraient guidés par leurs hormones. D’après Jean Pascal Assailly, psychologue : entre 16 et 18 ans, lorsque les jeunes hommes abordent la conduite, leur taux de testostérone est tétradécuplé (multiplié par 14). Aussi surprenant que cela puisse paraître, les hormones joueraient un rôle prépondérant dans le fort taux de mortalité chez les hommes. Où est l’effet papillon ? Il est très simple. Les hormones masculines déclenchent une adrénaline spéciale que l’on nomme le plaisir. Du coup, les hommes aiment prendre des risques pour activer cette fameuse sensation de bien être. Cela passe souvent par l’infraction au détriment de la sécurité routière : que ce soit l’alcool au volant, l’excès de vitesse ou parfois même la drogue au volant.

 

Motos, trajets, vitesse et alcool. Un carré masculin dangereux

Quatre autres raisons expliquent la surmortalité routière des hommes sur la route. Outre l’alcool au volant et les excès de vitesse qui sont des habitudes davantage masculines, d’autres causes rentrent en compte concernant la Sécurité Routière.

La moto.

L’expert de la Sécurité Routière, Jean Yves Salaün rappelle que 75% des tués en deux-roues sont des hommes. D’après Marc Bertrand, de la Fédération Française des Motards en Colère, les femmes utiliseraient des motos plus petites et pratiques pour des trajets davantage quotidiens. Encore une fois, toutes ces explications sont à prendre avec des pincettes. Certaines femmes apprécient également les longs trajets et c’est tout à leur honneur.

Les trajets.

Les femmes conduisent moins souvent que les hommes ! D’après le sociologue Yoann Demoli, les trajets urbains que les femmes abordent plus souvent que les hommes, seraient moins accidentogènes. Les trajets nocturnes et périlleux sont davantage l’apanage des hommes.

La formatrice Caroline Gastard montre que suite à des stages de récupération de points, le comportement des automobilistes diffèrent suivant leur sexe. Pour les femmes, plus question de commettre d’infraction, elles changent donc dans la majorité des cas leur façon de conduire, quel que soit le trajet, urbain ou rural, avec ou sans enfants. Par contre, les hommes sont moins réceptifs, continuent à rouler de façon assez dangereuse sauf lors des déplacements familiaux.

En résumé la sécurité routière offre parfois des statistiques qui peuvent en étonner certains. L’homme plus dangereux que la femme. De quoi briser une omerta.

grap1

Radars feux rouges : à qui profite le jackpot ?

Fraîchement installés dans la capitale et un peu partout en France, les radars feux rouges ont le vent en poupe. Un succès total qui rappelle celui des radars fixes et qui ne plaît pas à tout le Monde. Dans un article de l’Express, Me de Caumont, président de l’Association des Avocats de l’Automobile (AAA) dénonce des pratiques dignes des « machines à sous ». Eclairage sur la nouvelle mine d’or du feu tricolore, entre failles juridiques et jackpot financier.

Radar feu rouge : 60 flashs par jour dans la capitale

Les 11 nouveaux radars feux rouges affolent déjà les compteurs, quatre mois après leur mise en place à Paris. Chaque jour, près de 60 flashs par feu rouge sont recensés dans la capitale. En 4 mois, 79 000 flashs ont illuminé les ruelles de Paname. A 135€ le flash, l’Etat a déjà engrangé près de 10 millions d’Euro. Ces infractions dans la capitale sont relativement récentes. Le meilleur élève parmi les 11 feux rouges est sans nul doute le radar du Boulevard de la Chapelle qui flashe 150 automobilistes chaque jour, plus du double de la moyenne parisienne.

Des chiffres plus anciens nous montrent qu’à l’échelle nationale, l’infraction des radars feux rouge fait déjà partie du quotidien. Depuis 2011, les forces de l’ordre verbalisent moins que ces nouveaux outils, véritable épée de Damoclès au-dessus des automobilistes.  De plus en plus de conducteurs craignent que leur permis de conduire leur soit enlevé à force d’être flashés par un radar feu tricolore.

grap

Radar feu rouge : des failles dans le système

Parmi les gros points noirs de ce système, Me de Caumont pointe du doigt les injustices faîtes aux automobilistes: « Le plus gros défaut de ces radars, c’est qu’ils ouvrent la voie à la condamnation d’innocents, martèle-t-il. Dans le cas où un véhicule prioritaire nous oblige à griller un feu, il n’y a aucun moyen de prouver la présence d’un tel véhicule derrière nous, puisque 100% de ces radars à feux rouges flashent dans le dos des automobilistes »

Concrètement, si un camion de pompiers force le passage et que vous grillez le feu tricolore pour le laisser passer, la contestation est possible mais délicate. Me de Caumont renchérit et prouve que des solutions existent : « Le propriétaire est juridiquement impunissable (…) car les photos sont prises de dos ».

Jackpot des radars feu rouge : l’avis mitigé des internautes

D’après les commentaires glanés sur le web, certains internautes proposent des idées pour améliorer le dispositif.

« Quand vous arrivez vers un feu équipé d’un radar, la hantise c’est que le feu passe à l’orange et que vous soyez obligé de freiner un peu sèchement avec le risque d’être percuté par la voiture qui vous suit. Pourquoi ne pas équiper les feux avec un affichage qui vous indique la durée du temps restant avant le passage à l’orange, comme cela existe dans certains pays? » écrit Siaramed.

D’autres sont en revanche plus pessimistes sur les propos de Me de Caumont et le barème du retrait de points.

« Impunissable j’en doute fort ! Tout comme les radars routier « classique », on peut contester notre présence au volant, cependant si on ne dénonce personne alors l’amende nous reviens, seuls les points ne sont pas retirés »

comP1

Départ en vacances : 5 astuces pour distraire vos enfants en voiture

Il est 6h44, nous sommes un délicieux matin d’été, vous n’avez pas beaucoup dormi comme à chaque départ de vacances. Après avoir rangé les dernières valises sur le coffre de toit et jeté un dernier coup d’œil au GPS, votre petite famille s’installe dans votre break rempli à ras bord. Vous avez déjà en tête les impatients radars automatiques que vous allez croiser sur le chemin. Vous savez très bien que comme d’habitude, vous allez tomber sur 14 km de bouchons sur l’autoroute A7 entre Valence et Orange. Mais ce que vous redoutez par-dessus tout et qui vaut tous les retraits de points permis du monde, c’est bien le cri de vos enfants de 4 et 7 ans pendant le trajet.

Jeux, sécurité routière et bonne humeur : 5 idées pour occuper ses enfants

D’après les statistiques de sécurité routière, les excès de vitesse sont la deuxième cause d’accident mortel en France. Quand nos enfants crient, on a tendance à accélérer et à conduire par à-coup. Les distraire permet de conduire plus zen et donc d’améliorer notre sécurité routière.

L’indémodable DVD. Nous sommes en 2013, vous êtes un parent modèle. Alors avant de partir, téléchargez les derniers films d’animation en vogue du moment (Les Croods, l’âge de Glace 4…) et procurez-vous un appareil DVD portable. D’occasion, les prix sont assez dérisoires. Les enfants sont friands de vidéos, et ne pas les entendre pendant 90 minutes peut sauver vos nerfs, votre sécurité routière et donc vos points de permis. A partir de 2 ans.

La récompense d’arrivée. Une idée à laquelle on ne pense pas assez, c’est une petite récompense pour vos enfants s’ils se tiennent sage dans la journée de trajet. « Si vous restez sage, vous aurez une surprise en arrivant ». A tester avec parcimonie, mais ça peut, en dernier recours, sauver un départ  en vacances parfois houleux. La prévention routière est de mise avant tout. De 3 à 10 ans.

Le jeu des panneaux. Un jeu ludique qui est au cœur de la sécurité routière. Proposez à chacun de vos enfants de compter un panneau du code de la route. Parmi les variantes, un animal et une couleur de voiture sont également très appréciés. Succès immédiat. De 5 à 11 ans.

Jeux de cartes, de société et consoles. Si vos enfants sont un peu plus âgés, les traditionnels jeux de carte et autres Uno font toujours partie des classiques à succès. Le célèbre jeu des 1000 bornes est également très ludique, mêlant sécurité routière et jeu de hasard. Les enfants seront content de mette un pied dans l’univers du permis de conduire. Sinon, l’indémodable console de jeu fait toujours son petit effet si bien sûr, vous n’avez pas oublié les piles de la Game Boy à la maison (comme la glaciaire). A partir de 3 ans pour les consoles, 7 ans pour les cartes.

Quiz et karaokés. La musique qui passe à la radio, des chansons de Disney ou du dernier groupe de rock à la mode, faîtes en sorte de distraire vos enfants avec des jeux simples et musicaux. Côté prévention routière, garder quand même un œil sur la route plutôt que sur l’autoradio. De 7 à 16 ans.

compP2

Prévention routière : pensez à faire des pauses pour toute la famille

En matière de sécurité routière, les longs trajets lors d’un départ en vacances sont souvent source de fatigue pour toute la famille.

N’hésitez pas à vous arrêter à heure régulière. La somnolence au volant est un des fléaux de la route à l’instar de l’alcool au volant. Concrètement, si vous partez à 7h00 du matin. Faîtes une pause petit déjeuner à 9h00, une pause déjeuner d’une heure à 11h (avant la cohue des autres familles) et d’autres pauses régulières à 14h00 (pour les envies pressantes), 16h00 (pour le goûter) et 18h00 (si vous n’êtes toujours pas arrivés).  L’important pendant ses pauses, outre vous ressourcer, c’est d’oxygéner vos enfants et les épuiser… Oui, se dégourdir les jambes dans les aires de jeux est un moyen comme un autre d’espérer les voir s’endormir pendant les deux prochaines heures de route.

En résumé : ponctuer votre trajet de jeux, surprises et divertissement. Faîtes des pauses régulières. Et garder votre bonne humeur intacte. Avec ces astuces, le trajet devrait se dérouler dans les meilleures conditions, et avec une sécurité routière idoine.

quebec-campagne-choc-1

TOLERANCE ZERO : une campagne choc made in Québec

Blainville, petite bourgade d’irréductibles Québécois, vient de lancer une campagne d’affichage choc pour contrer une hausse de la mortalité sur les routes de la région francophone canadienne. Intitulée « T’as voulu faire à ta tête », la campagne de sensibilisation cible en priorité les jeunes conducteurs.

Moins d’excès de vitesse pour plus de sécurité routière

Blainville est une commune québécoise située à une vingtaine de kilomètres de Montréal. Exaspéré de constater la recrudescence d’accidents de voiture liés à des comportements dangereux des automobilistes, le maire de la ville, François Cantin, a décidé de frapper fort.

Excès de vitesse, alcool au volant, drogue au volant ou encore utilisation du téléphone en voiture sont les principales causes d’une fin tragique sur les routes canadiennes. Les jeunes conducteurs sont ainsi ciblés en priorité par cette campagne de sensibilisation choc. En effet, les 16-24 ans apparaissent comme une population surreprésentée dans le bilan annuel des accidentés de la route dans la province québécoise. Le maire souhaite ainsi éveiller la conscience  des conducteurs novices pour limiter la propagation de l’insécurité routière. La mise en place d’un permis probatoire, comme dans l’Hexagone, pourrait-elle calmer un tantinet les écarts de conduite des jeunes conducteurs ?

Les enfants sont également au cœur de cette vague de sensibilisation. Patouille, mascotte bleu et jaune de la campagne « Tolérance zéro », sera chargée de l’apprentissage des notions de sécurité routière dans les écoles maternelles et primaires de Blainville.

quebec-campagne-choc-patouillePatouille, mascotte de la campagne « Tolérance zéro »

Tolérance zéro : les raisons d’un coup de pub

Au Canada, la tolérance zéro est entrée en vigueur par le biais de la règle du « zéro alcool » pour les populations âgées de moins de 21 ans. Pourtant, cela n’empêche pas à de nombreux jeunes conducteurs d’outrepasser la loi et d’user et abuser de l’alcool au volant. Ils sont ainsi 18% à avoir déjà accepté d’être raccompagnés chez eux par un automobiliste sous l’emprise de l’alcool. Une constatation effrayante mais bien réelle, y compris en France selon les statistiques de la sécurité routière.

Une étude a également révélé d’autres chiffres alarmants. 52% des jeunes conducteurs ont déjà rédigé un SMS alors qu’ils étaient au volant de leur véhicule et 48% ont déjà téléphoné alors qu’ils conduisaient. Le Québec compte chaque année plus de 255 vies perdues sur la route et plus de 11 000 blessés, en raison d’excès de vitesse. Nous sommes donc plus à même de comprendre le ras-le-bol de François Cantin et de ses administrés : « Parce que ces comportements à Blainville c’est TOLERANCE ZERO »  

Les images choc de la campagne

quebec-campagne-choc-2
quebec-campagne-choc-3