Archives du mot-clef prévention routière

La musique en voiture influence notre conduite ? Une étude canadienne récente.

La musique en voiture aurait une grande influence sur nos comportements lors de la conduite. C’est ce que met en avant une étude faite au Canada par la firme Critical Vision. Un CD de New Wave nous rendrait zen au volant alors que jouer des morceaux de métal garantirait un excès de vitesse ? Pas si sûr que cela modifie nos règles de conduite en voiture, bien que certains chiffres soient intéressants. Une différence entre chaque style de musique : D’après les nombres qui ont résulté de l’étude faite auprès de 1007 adultes habitant au canada, une différence d’infraction est notable. Les amateurs de Folk et autres musiques calmes seraient les plus prudents au volant.  Peu de sanctions pour vitesses et excessives (49%  des fans de ce style n’ont jamais eu de soucis sur la route) sont constatées chez ces personnes. Les amateurs de musique rap et hip-hop ont plus de propensions aux accidents. 60 % des interviewés ont déjà provoqué des accrochages sur la route alors que la moyenne nationale canadienne est de 53 %. Les amateurs d’électro et de house circuleraient plus que les autres sans permis (environ 16%). Un ensemble de données qui varie et met en avant des comportements différents suivant les goûts et les couleurs.  Une étude à prendre avec recul :   http://www.reddrivingschool.com/wp-content/uploads/2011/07/Car-Speakers1.jpg  Il faut bien entendu rester vigilant par rapport à ce type d’étude.  Les questions ont été posées dans un pays étranger, les codes culturels sont donc complètement différents et il est difficile de transposer les chiffres en France. Avant de dire qu’écouter de la musique française rend plus calme que du rock alternatif, il existe encore du chemin. De plus, le panel de personnes est représentatif d’une partie de la population, mais rien n’affirme qu’un autre panel donnerait les mêmes résultats, difficile de tirer des conclusions. Néanmoins, il est utile de rappeler que la musique en voiture peut parfois détourner l’attention, tout comme la radio. Être emporté dans une émission passionnante demandera une certaine concentration, cette attention n’étant pas consacrée à la conduite. Même s’il est parfaitement possible de naviguer tout en écoutant un programme, la multiplication des écrans dans la voiture, les différentes fonctions complexes pour faire fonctionner le véhicule, les appareils multimédias, les conversations des passagers… constituent un enchevêtrement de sollicitations aux conducteurs. Dès lors, la chance de faute ou d’accident augmente fortement. Pensez à limiter tous ces appels dans votre habitacle et qui vous détournent de la route. Écouter de la musique en voiture pose également un autre souci, notamment quand le volume est poussé au maximum. La personne n’entend plus les signes extérieurs ce qui est dangereux. Un klaxon d’avertissement pourra être ignoré tout comme la sirène de  police ou des pompiers. Cela peut occasionner des accidents en ignorant les signes venant de ces véhicules extérieurs qui foncent généralement à pleine vitesse. Et même si cela n’influence pas la conduite, il est toujours bon de rappeler qu’il existe une réelle perte auditive au-delà d’un certain volume.  Protégez votre audition, protégez vos passagers et si écouter du rock vous donne envie de faire un solo d’air-guitar sur la route, n’hésitez pas à réserver cette performance pour votre maison et vos amis. Ce sera bien plus convivial et ça limitera les problèmes au volant.

La musique en voiture aurait une grande influence sur nos comportements lors de la conduite. C’est ce que met en avant une étude faite au Canada par la firme Critical Vision. Un CD de New Wave nous rendrait zen au volant alors que jouer des morceaux de métal garantirait un excès de vitesse ? Pas si sûr que cela modifie nos règles de conduite par rapport au code de la route, bien que certains chiffres soient intéressants.

Une différence entre chaque style de musique :

D’après les nombres qui ont résulté de l’étude faite auprès de 1007 adultes habitant au canada, une différence d’infraction est notable. Les amateurs de Folk et autres musiques calmes seraient les plus prudents au volant.  Peu de sanctions pour excès de vitesse (49%  des fans de ce style n’ont jamais eu de soucis sur la route) sont constatées chez ces personnes.

Les amateurs de musique rap et hip-hop ont plus de propensions aux accidents. 60 % des interviewés ont déjà provoqué des accrochages sur la route alors que la moyenne nationale canadienne est de 53 %. Les amateurs d’électro et de house circuleraient plus que les autres sans permis (environ 16%).

Un ensemble de données qui varie et met en avant des comportements différents suivant les goûts et les couleurs.

 

Une étude à prendre avec recul :

musique speaker voiture

Il faut bien entendu rester vigilant par rapport à ce type d’étude.

Les questions ont été posées dans un pays étranger, les codes culturels sont donc complètement différents et il est difficile de transposer les chiffres en France. Avant de dire qu’écouter de la musique française rend plus calme que du rock alternatif, il existe encore du chemin. Et de là voir son permis invalidé en blâmant la musique…

De plus, le panel de personnes est représentatif d’une partie de la population, mais rien n’affirme qu’un autre panel donnerait les mêmes résultats, difficile de tirer des conclusions.

Néanmoins, il est utile de rappeler que la musique en voiture peut parfois détourner l’attention, tout comme la radio. Vous vous exposerez ainsi à des infractions et si vous êtes à cours de point, c’est le stage de sensibilisation à la sécurité routière assurée! Être emporté dans une émission passionnante demandera une certaine concentration, cette attention n’étant pas consacrée à la conduite. Même s’il est parfaitement possible de naviguer tout en écoutant un programme, la multiplication des écrans dans la voiture, les différentes fonctions complexes pour faire fonctionner le véhicule, les appareils multimédias, les conversations des passagers… constituent un enchevêtrement de sollicitations aux conducteurs.

Dès lors, la chance de faute ou d’accident augmente fortement. Dans le cadre du permis probatoire, les sanctions sont encore plus punitives. Pensez à limiter tous ces appels dans votre habitacle et qui vous détournent de la route.

Écouter de la musique en voiture pose également un autre souci, notamment quand le volume est poussé au maximum. La personne n’entend plus les signes extérieurs ce qui est dangereux. Un klaxon d’avertissement pourra être ignoré tout comme la sirène de  police ou des pompiers. Cela peut occasionner des accidents en ignorant les signes venant de ces véhicules extérieurs qui foncent généralement à pleine vitesse.

Et même si cela n’influence pas la conduite, il est toujours bon de rappeler qu’il existe une réelle perte auditive au-delà d’un certain volume.

Protégez votre audition, protégez vos passagers et si écouter du rock vous donne envie de faire un solo d’air-guitar sur la route, n’hésitez pas à réserver cette performance pour votre maison et vos amis. Ce sera bien plus convivial et ça limitera les problèmes au volant. Et pensez au stage de récupération de points volontaire si vous vous faite verbaliser !

comP1

Départ en vacances : 5 astuces pour distraire vos enfants en voiture

Il est 6h44, nous sommes un délicieux matin d’été, vous n’avez pas beaucoup dormi comme à chaque départ de vacances. Après avoir rangé les dernières valises sur le coffre de toit et jeté un dernier coup d’œil au GPS, votre petite famille s’installe dans votre break rempli à ras bord. Vous avez déjà en tête les impatients radars automatiques que vous allez croiser sur le chemin. Vous savez très bien que comme d’habitude, vous allez tomber sur 14 km de bouchons sur l’autoroute A7 entre Valence et Orange. Mais ce que vous redoutez par-dessus tout et qui vaut tous les retraits de points permis du monde, c’est bien le cri de vos enfants de 4 et 7 ans pendant le trajet.

Jeux, sécurité routière et bonne humeur : 5 idées pour occuper ses enfants

D’après les statistiques de sécurité routière, les excès de vitesse sont la deuxième cause d’accident mortel en France. Quand nos enfants crient, on a tendance à accélérer et à conduire par à-coup. Les distraire permet de conduire plus zen et donc d’améliorer notre sécurité routière.

L’indémodable DVD. Nous sommes en 2013, vous êtes un parent modèle. Alors avant de partir, téléchargez les derniers films d’animation en vogue du moment (Les Croods, l’âge de Glace 4…) et procurez-vous un appareil DVD portable. D’occasion, les prix sont assez dérisoires. Les enfants sont friands de vidéos, et ne pas les entendre pendant 90 minutes peut sauver vos nerfs, votre sécurité routière et donc vos points de permis. A partir de 2 ans.

La récompense d’arrivée. Une idée à laquelle on ne pense pas assez, c’est une petite récompense pour vos enfants s’ils se tiennent sage dans la journée de trajet. « Si vous restez sage, vous aurez une surprise en arrivant ». A tester avec parcimonie, mais ça peut, en dernier recours, sauver un départ  en vacances parfois houleux. La prévention routière est de mise avant tout. De 3 à 10 ans.

Le jeu des panneaux. Un jeu ludique qui est au cœur de la sécurité routière. Proposez à chacun de vos enfants de compter un panneau du code de la route. Parmi les variantes, un animal et une couleur de voiture sont également très appréciés. Succès immédiat. De 5 à 11 ans.

Jeux de cartes, de société et consoles. Si vos enfants sont un peu plus âgés, les traditionnels jeux de carte et autres Uno font toujours partie des classiques à succès. Le célèbre jeu des 1000 bornes est également très ludique, mêlant sécurité routière et jeu de hasard. Les enfants seront content de mette un pied dans l’univers du permis de conduire. Sinon, l’indémodable console de jeu fait toujours son petit effet si bien sûr, vous n’avez pas oublié les piles de la Game Boy à la maison (comme la glaciaire). A partir de 3 ans pour les consoles, 7 ans pour les cartes.

Quiz et karaokés. La musique qui passe à la radio, des chansons de Disney ou du dernier groupe de rock à la mode, faîtes en sorte de distraire vos enfants avec des jeux simples et musicaux. Côté prévention routière, garder quand même un œil sur la route plutôt que sur l’autoradio. De 7 à 16 ans.

compP2

Prévention routière : pensez à faire des pauses pour toute la famille

En matière de sécurité routière, les longs trajets lors d’un départ en vacances sont souvent source de fatigue pour toute la famille.

N’hésitez pas à vous arrêter à heure régulière. La somnolence au volant est un des fléaux de la route à l’instar de l’alcool au volant. Concrètement, si vous partez à 7h00 du matin. Faîtes une pause petit déjeuner à 9h00, une pause déjeuner d’une heure à 11h (avant la cohue des autres familles) et d’autres pauses régulières à 14h00 (pour les envies pressantes), 16h00 (pour le goûter) et 18h00 (si vous n’êtes toujours pas arrivés).  L’important pendant ses pauses, outre vous ressourcer, c’est d’oxygéner vos enfants et les épuiser… Oui, se dégourdir les jambes dans les aires de jeux est un moyen comme un autre d’espérer les voir s’endormir pendant les deux prochaines heures de route.

En résumé : ponctuer votre trajet de jeux, surprises et divertissement. Faîtes des pauses régulières. Et garder votre bonne humeur intacte. Avec ces astuces, le trajet devrait se dérouler dans les meilleures conditions, et avec une sécurité routière idoine.